top of page

Quelles bonnes pratiques pour inclure tous les publics ?


illustration de nos fiches pratiques pour l'inclusion des publics


Comment donner à chacun l’opportunité de faire porter sa voix ? Qu’elle concerne les jeunes, les personnes en situation de pauvreté, les personnes âgées ou vivant en milieu rural: l'inclusion a toujours été un enjeu central de la participation citoyenne. Mais comment aller chercher ces publics traditionnellement invisibles ? L'intégration de ces groupes peut se présenter comme un défi majeur. Un défi auquel nous avons tenté de répondre collectivement lors des Rencontres Européennes de la Participation, durant lesquelles nous avons co-construit lors d’un atelier d’intelligence collective ces fiches de bonnes pratiques pour inclure tous les publics. 


Au sujet des Rencontres Européennes de la Participation


Chaque année, les Rencontres Européennes de la Participation réunissent pendant plusieurs jours les acteurs phares du secteur. Organisé par Décider Ensemble en partenariat avec diverses collectivités territoriales, cet événement vise à explorer et à améliorer les outils et dispositifs participatifs. L'objectif est double : partager les meilleures pratiques et réfléchir aux moyens d'adapter notre démocratie aux grands défis contemporains. Dans ce contexte, un atelier a été organisé par l’équipe conseil de Cap Collectif “Quelles bonnes pratiques pour inclure tous les publics ?", pour réfléchir ensemble aux bonnes pratiques d’inclusion dans une démarche participative. Les participants ont été ainsi invités à partager leurs expériences, en groupe, afin de co-rédiger des fiches pratiques déclinées pour les publics éloignés de la participation.



Rencontres EUropéennes de la Participation 2023 réalisation de fiches pratiques lors d'un atelier


Retour sur l’atelier 


Cet atelier avait donc pour objectif d'explorer les meilleures pratiques pour inclure des publics souvent invisibles et difficiles à mobiliser dans le cadre de démarches de participation citoyenne. Les fiches pratiques ont été co-rédigées pour être adaptées à chaque public. 


La session a été organisée en plusieurs étapes, permettant aux participants d'identifier les publics difficiles à inclure, de déterminer les freins qui entravent leur participation et de proposer des bonnes pratiques pour les surmonter.


  • La première partie de l'atelier a consisté à recueillir les propositions des participants concernant les publics les plus difficiles à inclure dans des démarches de participation.


Genèse des fiches pratiques
Photo prise lors de l'atelier de réalisation des fiches pratiques sur l'inclusion

  • Les participants ont écrit leurs réponses sur des post-it de manière individuelle, puis ont regroupé ces post-it à l'échelle du groupe. Les publics identifiés étaient divers, allant des jeunes et des personnes âgées aux personnes allophones, en passant par les personnes extrêmement riches et le vivant non humain. 


  • Les participants ont ensuite voté à main levée pour sélectionner les publics sur lesquels ils souhaitaient travailler. Les publics retenus pour cet atelier ont été :  Les personnes extrêmement riches,  Les allophones et les minorités culturelles,  Les personnes éloignées du numérique,  Les familles monoparentales et jeunes parents,  ・Les personnes habitants dans les quartiers prioritaires de la ville (QPV) et en situation de précarité,  Les jeunes de 16 à 25 ans,  Et l'environnement et la nature (le vivant non humain).

Une fois les freins identifiés, les participants ont réfléchi en groupe aux bonnes pratiques pouvant répondre à ces freins. Pour chaque bonne pratique identifiée, les participants ont précisé si elle avait déjà été mise en place, en fournissant un exemple comprenant le contexte, les ressources nécessaires, les points positifs et les points à améliorer. 


Premier brouillon des fiches pratiques

Photo prise lors de l'atelier de réalisation des fiches pratiques sur l'inclusion


Les point à retenir de cet atelier


Les freins commun à tous les publics


Un frein partagé par tous les publics identifiés est la difficulté à comprendre ce que représente la participation citoyenne et ce que cela implique, ainsi qu'une méconnaissance des normes et des pratiques en matière de participation citoyenne.


De plus, la peur de parler en public a été reconnue comme un frein majeur, certains se sentant intimidés ou manquant de confiance pour s'exprimer dans des réunions ou des événements participatifs.


Les bonnes pratiques générales


  • Concevoir des modalités de participation hybride : Les participants ont souligné la nécessité de créer des dispositifs alliant le numérique et le présentiel. Ensuite, il est essentiel de mettre en place des conditions favorables à la participation des habitants. Cela comprend l'adaptation des horaires pour répondre aux besoins des participants, la fourniture de services de garde d'enfants pour les parents, la désignation d'un lieu de rencontre stable et reconnu, et un engagement sur le long terme pour assurer une participation continue. 


  • Adopter l’approche du “aller vers” pour atteindre les personnes là où elles se trouvent : L'importance de rencontrer directement les groupes cibles a été mise en avant. Cela peut être réalisé par des visites porte-à-porte dans les quartiers, devant les écoles, en participant à des festivals ou en collaborant avec des associations et des organisations locales comme les missions locales. Utiliser les événements communautaires, tels que les fêtes de quartier, a été identifié comme une opportunité idéale pour entrer en contact avec des groupes autrement difficiles à atteindre. La présence d'interlocuteurs de confiance a également été soulignée comme cruciale pour encourager la participation. 


  • L’importance de la communication : Une communication efficace a été mise en évidence pour inclure tous les publics. Utiliser des supports visuels et des outils de facilitation graphique pour rendre les informations plus accessibles et compréhensibles, incluant l'utilisation d'affiches, d'emails, de flyers à distribuer aux enfants (dans leurs carnets de correspondance, par exemple), ou de créer des relations de confiance avant et après les événements. L’utilisation appropriée des réseaux sociaux est également vitale pour atteindre spécifiquement chaque groupe. En se concentrant sur les conditions de participation, en allant vers les gens où ils sont et en employant une communication adaptée, il est possible de promouvoir une participation plus étendue et inclusive.


Nos fiches pratiques 


Cet atelier a donc permis une réflexion collective sur les enjeux d'inclusion des publics moins visibles dans les processus participatifs. Les participants ont identifié les groupes difficiles à engager, les freins à leur participation et les stratégies pour les surmonter. Ces discussions ont servi de fondement pour la création de fiches pratiques destinées à chaque public ciblé.


Par la suite, notre équipe de conseil a pris le relais pour compiler ces bonnes pratiques, en les enrichissant grâce à des exemples tirés de notre expérience et de celle de nos clients. Cette démarche a abouti à la production de six fiches pratiques détaillées. 


Six fiches ont alors vu le jour :  

  • Les allophones et les minorités culturelles, 

  • Les personnes éloignées du numérique, 

  • Les familles monoparentales et jeunes parents, 

  • Les personnes en quartiers prioritaires de la ville (QPV) et en situation de précarité, 

  • Les jeunes de 16 à 25 ans, 

  • Et l'environnement et la nature (le vivant non humain).


Malheureusement, la fiche pour le public des personnes extrêmement riches n’a pas pu être finalisée, en raison d'un manque d'informations concrètes, d'exemples pertinents et de retours d'expérience. Cette lacune souligne l'importance de poursuivre nos efforts de recherche et d'engagement pour comprendre et intégrer efficacement tous les segments de la société dans les démarches.


En conclusion, l'atelier tenu lors de la rencontre européenne de la participation citoyenne a souligné l'importance cruciale de l'inclusion dans les processus participatifs. En identifiant les groupes traditionnellement éloignés de la participation, en reconnaissant les obstacles à leur engagement, et en co-créant des solutions innovantes, nous avons collectivement élaboré ces fiches en offrant des stratégies concrètes pour engager divers publics dans la participation citoyenne.


Ces fiches sont conçues pour vous aider à mettre en œuvre des pratiques d'inclusion efficaces et à faire en sorte que chaque voix, quelle que soit sa provenance, soit entendue et prise en compte. N'attendez plus pour faire la différence : téléchargez dès maintenant nos fiches pratiques !

















Comentários


Os comentários foram desativados.
bottom of page