top of page

Nos bonnes pratiques pour vos ateliers présentiels de budget participatif


Illustration représentant la dynamique des ateliers avec deux personnages installés sur une balançoire

Bien que la participation citoyenne en ligne présente de nombreux atouts, adopter un modèle hybride, qui associe les outils numériques aux ateliers en présentiel, est essentiel. Cette approche mixte crée une synergie efficace, exploitant les avantages de chaque méthode. Les outils numériques offrent une grande portée et une facilité d'accès, permettant ainsi une participation citoyenne plus large. Tandis que les ateliers en présentiel offrent un espace pour que les citoyens se rencontrent physiquement, s'informent sur le fonctionnement du budget participatif, échangent des idées de façon interactive et construisent des projets.


L’importance d’organiser des ateliers en présentiel


Les ateliers participatifs dits d’idéation permettent de faire émerger des idées et aident les porteurs à formuler leur projet. En effet, les ateliers peuvent permettre aux futurs porteurs de projets de trouver des interlocuteurs capables de leur donner des conseils et de les aider dans le processus de recherche et de formulation d’idées.


Toucher un public plus large et diversifié :


En combinant le numérique et le présentiel, on mobilise un éventail plus large de profils, favorisant ainsi un engagement plus significatif. Les citoyens peuvent s'exprimer et participer de différentes manières, selon leurs préférences et disponibilités. 


Ils ont par exemple l'avantage de toucher des publics qui ne sont pas nécessairement actifs en ligne, comme les personnes moins à l'aise avec la technologie, celles vivant dans des zones avec un accès Internet limité. En France, plus de 13 millions de personnes sont exclues du numérique (Source : Public Sénat). Les ateliers en présentiel permettent d'inclure ces individus, assurant ainsi une participation plus large et diversifiée. 


Avoir des projets participatifs de qualité :


Lors de l’analyse des projets soumis pour le budget participatif, 63,2 % des projets sont irrecevables. Les ateliers d’idéations permettent de diminuer ce taux d’irrecevabilité. En effet, les projets issus de ces ateliers d’idéation sont généralement de très bonne qualité et sont régulièrement considérés comme recevables pendant la phase d’analyse. En effet, les projets issus de ces ateliers bénéficient généralement des conseils des services présents, préalablement informés sur les critères du règlement.


En phase de dépôt, il est également possible d’imaginer que les ateliers d’idéation puissent permettre à des groupes de personnes de se rencontrer, d’échanger et de se rendre compte qu’ils ont des idées similaires. Ainsi, cette opportunité de rencontre peut permettre à des collectifs d’habitants de rédiger collectivement un projet. Cela, de nouveau, peut permettre de limiter le nombre de projets semblables déposés et d’en augmenter la qualité.


Comment réussir ses ateliers participatifs ? Quelques bonnes pratiques


Identifier la cible :


Avant de lancer les ateliers, il est crucial d’identifier le public que vous souhaitez toucher. Des ateliers spécifiques peuvent être conçus pour des groupes particuliers (comme les jeunes ou les seniors ) en complément des ateliers grand public, accessibles à tous. Définir la cible pour des ateliers participatifs est crucial pour plusieurs raisons importantes :


  • En identifiant le public cible, vous pouvez adapter le contenu et le format pour répondre aux besoins et aux intérêts spécifiques de ce groupe. Cela augmente la pertinence et l'efficacité de l'atelier et surtout de concevoir des activités et des discussions qui résonnent avec eux, ce qui augmente leur engagement et leur participation active.


  • Une définition claire de la cible permet de s'assurer que l'atelier est inclusif et atteint une diversité de participants. Cela est particulièrement important dans les processus de participation citoyenne, où l'objectif est souvent d'entendre une variété de voix et de perspectives.


  • En connaissant le public cible, il est possible de personnaliser les stratégies de communication pour atteindre et engager efficacement ce groupe spécifique.


Communiquer sur les ateliers participatifs :


Il est important de mettre en place une stratégie de communication qui met en avant les objectifs de l'atelier, son importance pour le public et ce que les participants peuvent y gagner. La clarté et l'attrait du message d'invitation sont essentiels pour encourager une participation active. Utiliser des témoignages ou des exemples de réussite des ateliers précédents peut s'avérer très persuasif.


Vous pouvez utiliser plusieurs supports pour promouvoir vos ateliers participatifs : les newsletters, le site de la collectivité, les réseaux sociaux, ou encore les événements locaux pour diffuser l'information. Il est important d’adapter vos supports de communication selon le public choisi. Par exemple, si vous souhaitez toucher les jeunes, il est préférable d’utiliser des réseaux sociaux comme Instagram, SnapChat ou encore TikTok. À l’inverse, si vous souhaitez cibler les seniors, privilégiez les communications tangibles et imprimées comme des encarts dans le magazine de votre collectivité ou des affiches dans des lieux stratégiques de votre territoire. 


S’organiser en amont :


Une organisation méticuleuse en amont est la pierre angulaire de tout atelier participatif réussi. Cela implique deux aspects essentiels : la définition des objectifs et le choix des outils participatifs.


  • Les objectifs de l'atelier doivent être formulés clairement. Cela signifie qu'ils doivent être compréhensibles par tous les participants.


  • Les objectifs doivent être directement liés aux besoins ou aux problèmes que l'atelier vise à adresser. Par exemple, si l'objectif est de générer des idées pour un nouveau parc, il faut s'assurer que les discussions et activités sont centrées sur les aspects pertinents comme l'aménagement, les équipements, la durabilité, etc.


  • Il est important d’utiliser une variété d'outils pour maintenir l'engagement et répondre aux besoins des différents publics. Cela peut inclure des activités plus dynamiques comme des jeux de rôle ou l'utilisation de technologies interactives.  De plus, l’utilisation d'icebreakers en début de session peut aider à briser la glace et encourager les échanges informels.



En somme, une organisation en amont efficace est fondamentale pour la réussite d'un atelier participatif. Cela garantit non seulement que l'atelier reste centré sur ses objectifs principaux, mais aussi qu'il engage activement les participants de manière productive et créative.


Animer son atelier :


Une animation efficace et dynamique est la clé pour transformer un atelier participatif en une expérience productive. 


  • Un animateur expérimenté est essentiel pour guider l'atelier. Cette personne doit posséder des compétences en facilitation, une bonne compréhension des objectifs de l'atelier et la capacité de gérer les dynamiques de groupe. 


  • Un programme détaillé est autant important pour assurer que l'atelier se déroule de manière organisée, efficace et satisfaisante pour tous les participants. Il sert de guide tant pour les organisateurs que pour les participants, garantissant que l'atelier atteint ses objectifs.


  • Créer une atmosphère de confiance et de respect mutuel est un facteur clé dans la réussite de votre atelier. L'animateur doit veiller à ce que tous les participants puissent participer en se sentant à l'aise pour partager leurs idées et opinions sans crainte de jugement ou de critique.


  • Il est important de rester flexible et prêt à ajuster le programme et/ou les outils utilisés en fonction de la dynamique de l'atelier. Par exemple, si une activité fonctionne bien, lui allouer plus de temps ; si une autre semble moins efficace, la modifier ou la raccourcir.



Conclure son atelier :


  • À la fin de l'atelier, il est bénéfique de recueillir les retours des participants et de faire un récapitulatif des points clés abordés. Cela aide à consolider les apprentissages et à s'assurer que les objectifs ont été atteints. Cela peut être fait via des questionnaires, des entretiens ou même de manière informelle. 


  • Vous pouvez également rédiger un compte rendu détaillé, incluant les idées principales, les suggestions et les décisions prises. Ce document servira de référence pour les étapes ultérieures du projet et/ou pour de prochaines itérations pour améliorer vos futurs ateliers participatifs.


Notre atelier au Pré-Saint-Gervais, conçu pour les jeunes


Le contexte et les objectifs :


La ville du Pré Saint-Gervais a lancé plusieurs budgets participatifs depuis 2018, reflétant la volonté de la municipalité d'impliquer activement les habitants dans le développement de leur ville. 


En 2023, la ville a lancé son 3ᵉ budget participatif. Dans les éditions précédentes, les services de la ville ont constaté un fort taux d’irrecevabilité des projets. Beaucoup de projets étaient notamment hors compétences de la ville, ou relevaient de budget de fonctionnement et non d’investissement (voir la différence dans notre article > Tout savoir sur le budget participatif : Définition et organisation) . La ville a donc décidé de mettre en place des ateliers d'idéation pour mieux orienter les contributions des participants.


Ces ateliers ont ciblé deux groupes principaux : les seniors et les jeunes. Pour ces derniers, un créneau pendant les vacances scolaires a été choisi pour assurer une meilleure disponibilité. La communication auprès des jeunes s'est effectuée via la mission locale, ce qui a permis d'attirer 15 jeunes de différents âges.


La structure de l’atelier :


Une introduction au budget participatif (15 minutes)


Nous avons commencé l’atelier en leur présentant le fonctionnement du budget participatif : l'enveloppe budgétaire allouée, des dates clés, les critères d'éligibilité des projets et des compétences municipales, le tout illustré par des exemples concrets.


Pour ce faire, nous avons proposé un quiz en ligne. Les jeunes sont généralement plus réceptifs à des méthodes d'apprentissage interactives et dynamiques. 


  • Un quiz, avec son format ludique et engageant, est adapté pour capter leur attention et les intéresser à un sujet complexe comme le budget participatif. De plus, il offre une approche plus détendue et moins formelle, ce qui peut faciliter l'apprentissage et la compréhension des concepts.

  • Les quiz sont courts et rythmés, ce qui permet de maintenir leur intérêt tout au long de l'activité. 


  • Proposer un quiz en ligne accessible via téléphone rend l'activité non seulement pratique, mais aussi familière et attrayante pour eux. L'intégration d'un système de points et la création d'un aspect compétitif peuvent augmenter l'engagement des jeunes. La compétition amicale stimule l'intérêt et l'investissement personnel, tout en rendant l'expérience plus amusante. 


La construction de projets : Ma pire idée (1 heure et 15 minutes)


  • L'objectif du jeu était de générer les pires idées possibles. Il était important d’appuyer sur le fait que l'absurdité était encouragée et personne n’aurait été critiqué pour avoir proposé une idée "mauvaise". Ce jeu d’intelligence collective a été choisi pour son aspect ludique et créatif. En effet, ce jeu permet de libérer l'inventivité des participants en alternant des phases d’idéation individuelles et collectives.


  • Individuellement, les participants ont été invités à imaginer les pires projets pour leur ville. L’objectif était de proposer des solutions les plus ridicules, extravagantes, farfelues ou totalement irréalisables qu'ils puissent imaginer. En petit groupe, les participants présentent leurs pires projets.


  • Les participants ont ensuite échangé avec la personne à leur droite leurs pires idées (notées sur un post-it). 


  • Ensuite, individuellement les participants ont été invités à transformer la pire idée en idée réalisable pour la ville. 


  • Les animatrices ont ensuite distribué les “fiches projets” aux participants pour qu’ils précisent leurs projets et qu’ils puissent ensuite les déposer sur la plateforme. 


  • Ceux qui souhaitaient partager leur projet l’ont présenté en plénière.


L’ice-Breaker : Le Pays des Merveilles (15 minutes)


  • Chaque participant a dû imaginer une destination de rêve où ils aimeraient être sans aucune contrainte.


  • Les participants ont partagé leur ville de rêve et la raison pour laquelle ils souhaitaient être là-bas (globalement pour des aspects culturels, naturels, et/ou familiaux). 


  • Cet icebreaker a permis d'explorer les différentes caractéristiques des territoires et de créer une dynamique d'échange interactif.


Bilan de l'atelier (15 minutes)


  • Chez Cap Collectif, nous utilisons le photolangage pour évaluer nos ateliers. Cette technique est une méthode d’association d'idées, se présentant comme une approche de recherche qualitative. Elle implique l'utilisation d'images illustrées qui sont présentées aux participants. Ces derniers sont alors invités à exprimer librement toutes les associations d'idées que ces images éveillent en eux.


  • Pour cela, nous disposons d'un jeu de cartes appelé “Une question pour vous : mes émotions” représentant diverses émotions/sentiments. La question posée aux participants était la suivante : “Qu’est-ce que vous ressentez suite à cet atelier ? Que vous inspirent les prochaines étapes du budget participatif ?” Cette méthode a permis d’évaluer l’efficacité de l'atelier, en particulier son impact sur les jeunes. 



Cet atelier a marqué une étape importante dans l'engagement des jeunes dans le budget participatif. Il a non seulement stimulé leur imagination, mais a également fourni un cadre structuré pour transformer des idées originales en projets réalisables et pertinents pour la ville. Les retours positifs collectés lors du bilan démontrent l'efficacité de cette méthode pour inciter les jeunes à participer activement aux décisions qui influencent leur environnement.


En conclusion, les ateliers de co-construction jouent un rôle central dans le succès des budgets participatifs. Ils constituent un élément important pour accompagner les habitants, faire émerger des idées et élaborer des projets viables et pertinents. La complémentarité entre les outils numériques et les rencontres en présentiel enrichit considérablement le processus participatif, en touchant un public plus large et diversifié, tout en garantissant des contributions de qualité.


Chez Cap Collectif, nous avons su adapter nos méthodes aux différents publics cibles, en intégrant des activités innovantes et interactives qui favorisent l'engagement et la créativité des participants. Les résultats obtenus témoignent de l'importance de bien préparer et animer ces espaces de dialogue, pour aboutir à des projets participatifs de qualité. Vous souhaitez organiser des temps de co-construction ? Contactez-nous pour programmer des ateliers participatifs sur mesure, adaptés à vos besoins et à ceux de vos habitants ! 






Comments


bottom of page